Du à

Musée des Beaux-Arts

Un goût d’Extrême-Orient. Collection Charles Cartier-Bresson

La donation importante de Charles Cartier-Bresson à la Ville de Nancy constitue l’une des plus riches collections d’art japonais conservée dans un musée de région. L’intérêt de cet ensemble exceptionnel tient à la cohérence et à la diversité des œuvres (objets, estampes, laques, vêtements...).

Exposé brièvement, lors de son entrée au musée en 1936, ce legs se devait d’être présenté à nouveau au public
Charles Cartier-Bresson arrive en Lorraine en 1872. Il a pour mission de créer un nouvel établissement pour la filature familiale à Celles-sur-Plaine dans les Vosges, village dont il deviendra le maire. Dans les années 1890, il s’installe définitivement à Nancy, rue de la Ravinelle, et fréquente le milieu artistique très actif à cette époque. Il devient notamment membre de la Société des Amis des Arts aux côtés de Roger Marx et René Wiener puis plus tard adhère à la Société d’Archéologie lorraine.
Amateur éclairé, il entreprend une collection d’objets d’art d’Extrême-Orient et participe assidûment aux ventes publiques parisiennes des collectionneurs d’art japonais dits de la première génération comme Edmond de Goncourt ou Philippe Burty.
Charles Cartier-Bresson débute sa collection en 1889, elle comptera 1744 objets à sa mort. Collectionneur méticuleux, il organise de façon savante le classement des objets qu’il acquiert, numérotant chaque achat, détaillant ses caractéristiques : dénomination, provenance, date d’acquisition, prix constituant une documentation précieuse pour les historiens d’art.
Composée d’une sélection de plus de 300 pièces, l’exposition rassemblait des objets usuels qui témoignent de la vie quotidienne du Japon traditionnel, des laques qui magnifient par leurs délicats décors des pièces aux formes épurées, des estampes de grands artistes japonais comme Katsushika Hokusai (1760-1849) et Kitagawa Utamaro (1797-1858), des rouleaux peints qui illustrent pour certains des légendes ou des poèmes japonais, des éléments de mobilier tels deux très beaux paravents et des vêtements d’apparat dont deux kimonos imprimés et brodés de rehauts de fils d’or et de soie à la beauté éblouissante ou encore une splendide armure de samouraï.

Commissariat: Tomo Imai, historienne de l’art, diplômée de l’École du Louvre, spécialiste de la collection Cartier-Bresson, Benoît Martin, responsable des collections Arts décoratifs du musée des Beaux-Arts de Nancy, Geneviève Lacambre, conservateur général honoraire du patrimoine et Flore Collette, conservateur au musée des Beaux-Arts de Nancy.

Catalogue publié aux éditions IAC.

Situer